07 mai 2018

Une semaine Féministe à l’Institut

Woman only crowd group color seamless pattern

« L’activisme et la recherche », «Être un allié de la justice pour les femmes», «Les femmes dans le monde académique», «Je travaille sur le genre», « Mais t’étais habillée.e.x. comment ?» sont les thématiques qui ont été abordées lors de tables rondes, de workshops et d’une exposition, organisés du 30 avril au 4 mai dans la Maison de la paix.  Cette semaine féministe a été organisée par un collectif d’étudiantes intitulé La plateforme féministe, avec le soutien de la direction.

elisabeth-prugl.png
Elisabeth Prügl, directrice, Centre Genre

Une table ronde sur le thème « Combattre le harcèlement sexuel : le défi de créer des politiques efficaces »  a réuni Philippe Burrin, directeur de l’Institut et Gender Champion, Brigitte Mantilleri, directrice du Service Egalité de l’Université de Genève et Ximena Osorio, doctorante et membre de l’Antenne H de l’Institut. Le professeur Elisabeth Prügl, modératrice, a confirmé  lors de ce riche débat, que «pour combattre le harcèlement, il faut mener des actions de sensibilisation».

Selon Maylis Avaro, doctorante en économie internationale et histoire « la semaine féministe a été très bien accueillie et a connu une belle fréquentation. Elle a permis de réaffirmer clairement que le sexisme existe bien dans les universités et de discuter des nombreuses études qui le prouvent.».  Elle rajoute que « le sexisme doit être combattu par l'ensemble de la communauté et que seul un effort global, et pas seulement des femmes et des personnes discriminées, pourra permettre de garantir un environnement d'étude et de travail sain. »

L’Institut poursuit ses efforts dans ce domaine. La dimension genre est intégrée dans les enseignements et la recherche depuis de nombreuses années déjà, notamment grâce au travail du Centre Genre dirigé par le prof. Elisabeth Prügl. L’engagement de femmes professeurs est devenue une priorité et une réalité. Enfin, l’Institut continue à promouvoir  un environnement dans lequel il n’y a pas de place pour le harcèlement avec la création en 2013 de l’Antenne H, une unité composée d’étudiants, de professeurs et de membres du personnel administratif.