news
Albert Hirschman Centre on Democracy
15 June 2020

Post-Covid-19: quelle place pour les mobilisations citoyennes?

L’analyse de Jérôme Duberry

La société civile a un rôle essentiel à jouer pour soutenir les efforts en faveur d’une société plus juste, d’un environnement plus sain et d’une économie plus durable. Les récent mouvements sociaux s’inscrivent non seulement dans la contemporanéité du numérique, mais aussi dans une longue tradition de contestation citoyenne autour de grands enjeux. La participation en masse des populations à ces manifestations illustre peut-être une conscientisation de la nécessité de trouver des solutions ensemble. C’est peut-être là un grand espoir pour l’avenir, qui ne pourra être construit qu’ensemble et au-delà des différences.

Le Covid-19 a mis les mobilisations citoyen-n-e-s sur pause. Tout du moins au début. Et puis sont venus des abus de pouvoir, aux États-Unis par exemple, qui ont déclenché les mouvements de contestation de masse que nous avons pu observer ces dernières semaines [1]. Les réflexions et les transformations que ces mouvements génèrent au sein de la classe politique et des médias mettent en lumière la nécessité d’une société civile active, engagée, et qui a conscience de son rôle pour répondre aux grands enjeux de société. En Suisse, les débats autour de la Loi sur le CO2, ou à Genève à propos des nouvelles pistes cyclables, illustrent le tiraillement des autorités entre développement économique et protection de l’environnement. La société civile a un rôle essentiel à jouer pour soutenir les efforts en faveur d’une société plus juste, d’un environnement plus sain et d’une économie plus durable.

Cette mobilisation s’inscrit dans une longue tradition de revendications et de participation citoyenne. Au cours des dernières décennies et du siècle passé, le rôle de la société civile a évolué [2], tout autant que ses thématiques, outils, modes de financements et de gouvernance.

Avant les années 1970, la guerre froide et la fin du colonialisme ont déclenché de nombreux mouvements sociaux, qui se sont déroulés dans un monde dominé principalement par les états. Les multinationales n’avaient pas encore émergé comme acteurs de la scène internationale. Les thématiques étaient liées aux processus de décolonisation et d’auto-détermination, mais aussi en lien avec l’emploi et la répartition des richesses. Ces mouvements étaient composés d’ouvrier-e-s et d’intellectuel-le-s, avec une stricte hiérarchie verticale. Leur financement provenait de leurs membres, et leurs principales formes d’action étaient la manifestation de rue et la grève.

La génération suivante de mouvements sociaux des années 1970 et 1980 ont abordé les questions des droits de l’homme, du droit des femmes, de l’environnement et de la solidarité avec les pays en voie de développement. Ils sont issus des révolutions étudiantes de 1968 avec de nouvelles valeurs de paix et de collaboration mondiale. Ces mouvements incarnent une nouvelle vision du monde et une sensibilisation aux grands enjeux mondiaux. Ils étaient, entre autres, composés d’étudiant-e-s, avec une hiérarchie moins rigide et plus horizontale. Leur forme d’action préférée était soit l’action directe comme les manifestations de rue, les événements de masse comme les concerts, et l’utilisation des médias. Leur financement provenait des membres et des sympathisants, mais aussi d’événements culturels.

À la fin des années 1980 et dans les années 1990, la société civile s’est progressivement professionnalisée et structurée. Le nombre d’organisations non gouvernementales (ONG), de groupes de réflexion et de commissions scientifiques et professionnelles a crû rapidement, grâce en particulier à une faiblesse institutionnelle de certains états et des technologies de communication plus abordables [3]. Ces organisations ont pu, entre autres, fournir des prestations de services, représenter des groupements de citoyen-ne-s, et développer des expertises dans les domaines des droits de l’homme, du développement, de la réduction de la pauvreté, et de la résolution des conflits. Leur financement provenait de gouvernements, d’institutions internationales et de fondations privées.

Si le nombre d’ONG n’a pas beaucoup évolué depuis le début des années 2000, leur répartition sur la planète est restée assez similaire aux années 1990. En d’autres termes, les ONG sont encore majoritairement issues des pays développés. L’Afrique est la seule zone géographique qui a connu une croissance du nombre d’ONG au cours des vingt dernières années, bien que cette augmentation ne soit pas proportionnelle à sa croissance démographique [4].

Les ONG ont progressivement obtenu un rôle d’observateur au sein des accords et mécanismes intergouvernementaux. Leur participation a été possible grâce au soutien financier de certains états, mais aussi grâce à la généralisation des technologies de l’information et de la communication. Cependant, ce statut – limité – d’observateur, et un système multilatéral qui fait la part belle à certains puissants états, a également mené à l’émergence de nouveaux mouvements de contestation.

Les initiatives altermondialistes, comme le Forum Social Mondial, visaient alors à défendre les victimes de la mondialisation, et à abolir voire réformer les institutions multilatérales mondiales. Ils étaient composés d’étudiant-e-s, d’ouvriere-e-s et de paysan-ne-s, et comprenaient un vaste réseau d’ONG et de mouvements sociaux. Ces mouvements étaient plutôt cosmopolites et flexibles:  cosmopolite car les participants avaient conscience d’une communauté plus large voire mondiale, et flexible de par leur forme de gouvernance permettant à tout individu de participer [5].

Black Lives Matter, Friday for Future, ou encore Extinction Rebellion sont les successeurs directs de ces mouvements sociaux de contestation. Les grandes manifestations qu’ils ont organisées récemment ont largement utilisé le numérique, et en particulier les réseaux sociaux, pour coordonner leurs efforts, sensibiliser les populations et communiquer au plus grand nombre. Cependant, ces mouvements s’inscrivent non seulement dans la contemporanéité du numérique, mais aussi dans une longue tradition de contestation citoyenne autour de grands enjeux, comme la lutte contre le changement climatique ou le racisme systémique.

Leurs modes de financement, leurs outils et leurs formes de gouvernance ont évolué au cours des décennies. Cependant, leur responsabilisation face aux grands enjeux mondiaux, et leur modèle de fonctionnement flexible et basé sur un principe de participation inclusive, les inscrivent dans une longue et nécessaire tradition de contestation citoyenne.

La participation en masse des populations à ces manifestations illustre donc peut-être une conscientisation de la nécessité de trouver des solutions ensemble. C’est peut-être là un grand espoir pour l’avenir, qui ne pourra être construit qu’ensemble et au-delà des différences.

Note: 

[1] À Hong-Kong, la réponse citoyenne est restée modérée, probablement car elle fait face à un certain découragement et à un nouveau positionnement des milieux économiques qui se sont vus bousculés par le Covid-19.

Références:

[2] Edwards, M. and Gaventa, J. eds., 2014. Global citizen action. Routledge.

[3] Kaldor, M., 2012. New and old wars—organized violence in the globalized era, 32–70.

[4] Kaldor, M., Moore, H.L. and Selchow, S., 2012. Global Civil Society 2012 (Vol. 248). Basingstoke: Palgrave Macmillan.

[5] Anheier, H.K., Glasius, M. and Kaldor, M., 2004. Global civil society 2004/5. Sage.

Cet article a été publié dans le blog « Technologies numériques et politique » du journal Le Temps. Il est reproduit avec l’aimable autorisation de l’auteur pour la série de commentaires du Centre Albert Hirschman sur la démocratie.