Transformations agraires

Christophe Gironde

DE101 | Spring | 6 ECTS

Ce cours-séminaire d’économie politique porte sur les modalités et conditions des transformations des sociétés agraires et les recompositions spatiales/territoriales qui les accompagnent. Il analyse les conséquences de ces transformations sur les conditions d’existence et de reproduction sociale de populations de plus en plus absorbées dans le complexe agro-industriel globalisé.

La transformation (ou transition) agraire désigne un processus par lequel des sociétés basées sur les activités agricoles connaissent une diminution relative de celles-ci au profit d'activités non-agricoles, une mobilité croissante vers des espaces urbains et industriels, et leur intégration renforcée dans des chaines de valeur et espaces/territoires économiques régionaux, nationaux, internationaux. Ce processus n’épargne aucune société ; son ampleur et son avancement donnent lieu à des théories sur la fin des paysans, la désagriculturisation, la gériatrification, la fin de la terre, etc., auxquelles ont répondu des analyses de la résilience des paysans même les plus démunis, d’une repeasantization et de l’émergence de nouveaux paysans. Il y a aujourd’hui plus de paysans qu’il n’y en a jamais eu auparavant…

Ce séminaire prend comme point de départ l’économie et les espaces/territoires des 1,2 milliards de paysans et des 2 milliards de personnes qui vivent – plus ou moins bien – d’exploitations agricoles familiales inférieures à 2 hectares. Bon nombre ne parviennent plus à vivre décemment de leurs activités agricoles : les trois quarts des “pauvres” de la planète vivent en effet en milieu rural, une proportion identique des victimes de la faim sont des paysans, et des millions d’exploitations familiales sont contraintes chaque année de quitter l’agriculture et de migrer. A l’inverse, certaines sociétés rurales ont connu des développements remarquables ; d’autres que l’on considérait être condamnées, se sont maintenues. Ces évolutions, très diverses selon les pays, les régions d’un même pays, et selon les différents groupes sociaux, seront analysées avec une approche historique, et en privilégiant des échelles micro et méso d’observation.

Au delà des villages et des terroirs, le séminaire accordera une attention particulière aux interdépendances entre acteurs et espaces ruraux et urbains, marquées par la diversification des économies rurales (pluri-activité) et la mobilité spatiale des populations (pluri-localité), la colonisation urbaine et industrielle de terres agricoles, et l’intervention d’acteurs urbains dans la production agricole à travers l’extension des filières commerciales, autant de transformations qui appellent à reconsidérer la ruralité.