05 December 2018

Le double master en santé globale, un programme de pointe au cœur de la Genève internationale

Alors que les défis de la santé globale s’intensifient, le Global Studies Institute de l’Université de Genève (GSI) et l’Institut proposent depuis 2017 un double master dans le domaine de la santé globale. Ce programme, qui s’adresse aux étudiants du master en santé globale du GSI et aux étudiants du master en affaires internationales ou en études du développement de l’Institut, leur propose de combiner leurs études avec un master de l’autre institution. Ils peuvent ainsi obtenir deux diplômes de master en trois ans au lieu de quatre et devenir des spécialistes de la santé globale tout en acquérant une compréhension élargie des affaires internationales ou des questions de développement.

Antoine Flahault, professeur et directeur de l’Institut de santé globale à l’Université de Genève, et Vinh-Kim Nguyen, professeur d’anthropologie et sociologie à l’Institut, ont répondu à nos questions.

Quels sont les atouts de ce double master ?

Pouvoir combiner, sur seulement trois ans, deux formations de haut niveau à Genève, capitale mondiale et quasi monopolistique de la santé globale, est une très grande opportunité pour les étudiants qui cherchent à acquérir des compétences et in fine des emplois dans ces domaines conjoints des relations internationales, du développement et de la santé globale.

Comment l’étude et la pratique de la santé globale évoluent-elles, et avec quels bénéfices pour la population ?

La révolution digitale, la mondialisation, les changements globaux (en particulier climatiques) les objectifs de développement durable sont autant de défis qui transforment aujourd’hui profondément la pratique de la santé globale et façonnent les études dispensées en santé globale, en relations internationales et sur le développement. Les bénéfices attendus pour la population sont immenses et mesurables ; on peut mentionner par exemple les gains en espérance et en qualité de vie, en niveau de satisfaction des usagers du système de santé et en taux de couverture santé et sociale. Cependant, de nombreux risques associés à ces défis pèsent aussi comme autant de menaces. Ils sont d’ordre sanitaire, mais également politique et éthique, touchant les droits humains, l’équité et la justice.

Pensez-vous que ce double master puisse contribuer au développement en Suisse d’une Health Valley qui s’appuierait sur les compétences des universités, des organisations internationales et du secteur privé ?

Ce master est dispensé au cœur de la Genève internationale, et bénéficie ainsi d’une immense expertise réunie en santé globale, en droit de la propriété intellectuelle, en droit international sur le commerce et en technologies de la communication. C’est une source d’interactions, de constitution de réseaux de compétences et d’opportunités de réunions internationales, qui offre en outre des lieux de stages étudiants et un bassin d’emplois unique au monde dans ces domaines. Mais, bien au-delà de l’arc lémanique, la Health Valley irrigue un tissu académique suisse extrêmement dynamique et engagé dans les questions de santé globale. Notre programme a su mobiliser autour de ces questions non seulement la complémentarité de nos deux institutions, mais encore l’EPFL et l’ETHZ – parmi les meilleures écoles d’ingénieurs du monde –, l’Université de Bâle et son Swiss Tropical and Public Health Institute, sans oublier la Swiss School of Public Health. Il fait aussi appel à de nombreux acteurs non académiques, comme IBM Research Zurich dans le secteur numérique, Novartis ou Roche dans l’industrie de la santé, Médecins sans frontières ou Terre des hommes parmi les organisations non gouvernementales, et les fondations Brocher et Leenaards.

2019 marque les 100 ans de la création de l’Organisation de la santé de la Société des Nations. À l’aube du deuxième siècle de la santé globale, les technologies biomédicales ont fait de la prévention et de la guérison d’une grande majorité de maladies une réalité. Cependant, les inégalités globales et le bouleversement de l’ordre géopolitique posent des défis considérables, de nature plus politique et sociale que techniques. Les épidémies Ebola et Zika n’en sont que les exemples les plus récents. Les barrières entre espèces, les frontières nationales, la distinction entre inné et acquis – s’effondrent, nécessitant une pensée nouvelle et transdisciplinaire. Ce double master a été conçu pour stimuler de nouvelles façons de penser et pratiquer la santé globale, au cœur de la Genève internationale et de la Health Valley.

Nguyen_Vinh-Kim.jpg   Vinh-Kim Nguyen
Professeur, Anthropologie et Sociologie
Flahault_photo_3.jpg   Antoine Flahault
Professeur et directeur, Institut de santé globale à l’Université de Genève


Pour en savoir plus sur le double master en santé globale.