09 May 2017

Comment allier sport de comp├ętition et ├ętudes ?

Entre ses études universitaires et football, Marc Ummel (Master en études du développement 2017) ne s’est jamais résolu à choisir : il concilie brillamment son poste de gardien titulaire au FC Fribourg, évoluant en championnat suisse de 1e Ligue, avec ses études. Interview.

marc-ummel2.jpgQuand avez-vous commencé le football? Pourquoi avez-vous choisi ce sport?
Je pratique le football depuis tout petit, mais j'ai commencé à jouer au club à l'âge de 5 ans. Pourquoi le football ? Car c'est un sport magnifique qui procure de belles émotions et qui permet de développer un bon esprit d'équipe. Je l'apprécie également pour son côté universel, populaire et parce qu’il n’est pas réservé à une certaine classe sociale. Même si aujourd'hui, je déplore que le football d'élite soit gangrené par l'argent et soit devenu un business incontrôlable.

Comment conciliez-vous le  sport de haut niveau et les études et comment vous organisez-vous?
Il n'y pas d'organisation particulière, on étudie la journée et on s'entraîne le soir. Mais comme on passe moins de temps à la bibliothèque, on se rattrape le soir ou le week-end. Mais cela n'a rien d'exceptionnel, c'est comme quelqu'un qui travaille tous les soirs à côté de ses études, sauf que dans mon cas, au lieu d'aller travailler je vais jouer au football. J'ai donc l'impression d'être un privilégié, même si ce n'est pas toujours évident. Mais cela me permet également de côtoyer des personnes différentes, des milieux sociaux différents. Je trouve cela génial et très enrichissant.

Comment envisagez-vous la suite de votre parcours sportif et professionnel? Comptez-vous continuer à concilier le sport et votre futur travail?
Je continuerai toujours à taper dans le ballon, mais peut-être à un niveau différent. Mais peu importe le niveau, le football sera toujours une belle passion. Cependant, on ne changera pas le monde en courant après un ballon, donc je privilégierai mon engagement modeste (parcours professionnel) en faveur des plus démunis, et je continuerai à pratiquer ce sport comme je l'ai toujours fait, pour le simple plaisir du jeu et du partage des émotions.