Isabella Pedrazzini | 1982

Directrice, Decalia Asset Management SA



Quel a été votre parcours ?

Après ma jeunesse passée au Tessin, j’ai commencé mes études universitaires à Genève en sciences économiques et sociales, mention études internationales. Après la licence (équivalent Master) à l’Institut, j’ai poursuivi mon cursus à Lausanne à l’Institut de hautes études en administration publique où j’ai obtenu un Master. J’ai débuté ma vie professionnelle à Berne dans le cadre de l’Organisation des Suisses de l’étranger et j’ai notamment entretenu des relations avec le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Rentrée à Genève, j’ai décidé de continuer mon activité professionnelle dans le privé et plus précisément dans le secteur bancaire. Après une année de perfectionnement aux USA, j’ai poursuivi ma carrière auprès de Lombard Odier Darier Hentsch, banquiers privés à Genève, dans le domaine de la gestion patrimoniale.

Qu’est-ce qui a été le plus utile et le plus enrichissant dans vos études à l'Institut ?

Mes études à l’Institut m’ont permis de découvrir la Genève internationale, l’ouverture multiculturelle, les études en anglais... J’ai compris l’importance de l’approche multidisciplinaire pour analyser les défis d’un monde en continuelle mutation et la chance de pouvoir bénéficier d’un point d’observation connu et reconnu, libre et indépendant.

Qu’avez-vous retenu de marquant de votre passage à l'Institut ?

Les étudiants, aussi divers que motivés, les cours du Professeur Jacques Freymond, impressionnant par sa carrure et sa forte personnalité, une conférence de la première femme ambassadeur, Francesca Pometta, qui m’a permis de comprendre que je n’étais pas faite pour la carrière diplomatique... que je désirais aussi... une famille et des enfants ! Mais surtout la valeur du travail rigoureux et l’importance de l’éthique et du droit dans la poursuite de tout objectif.

Quelles valeurs souhaitez-vous que l'Institut conserve ?

Face à la complexité des défis qui attendent les nouvelles générations et le besoin d’encadrement et d’orientation des jeunes diplômés, l’Institut devra continuer à mettre en valeur les liens privilégiés qu’il entretient entre public et privé afin de maintenir au coeur de l’enseignement les aspects pratiques et concrets autant que les aspects théoriques liés aux domaines en pleine évolution que sont l’environnement, le développement durable, l’intégration, la globalisation économique et financière. A cet égard, je pense que les échanges entre Hautes écoles sont toujours enrichissants.