Denis Mylonas | PhD 1972

En témoignage de son attachement profond à l’Institut, M. Denis Mylonas a fait don à la FERIS* d’une propriété dont il conservera l’usufruit sa vie durant. La FERIS affectera ensuite les revenus de cette propriété au financement de bourses en faveur d’étudiants de l’Institut originaires de la région méditerranéenne. Ces bourses porteront le nom d’Alexi Mylonas, du nom d’un fils prématurément disparu. L’Institut exprime à M. Mylonas sa profonde gratitude pour ce généreux don qui lui permettra de soutenir à l’avenir des étudiants talentueux.

C’est sur son île natale du joli nom de Zakynthos, dans la mer Ionienne, que Denis Mylonas choisit de se ressourcer chaque année. L’île n’a pas toujours été un havre de paix, et un terrible tremblement de terre, suivi d’un incendie, a déplacé toute sa famille à Athènes en 1953 alors qu’il n’avait que 13 ans. Ce déplacement était précurseur de bien d’autres dans sa vie.Après avoir effectué des études de droit à Athènes et accompli son service militaire obligatoire à Sparte, Denis Mylonas entame des études de doctorat en sciences politiques en 1965 à l’Institut, qu’il avait découvert lors de séjours d’été à Genève. C’est un compatriote, le professeur Jean Siotis, qui dirigera sa thèse sur la création de ce qui s’appelle aujourd’hui l’UNESCO. Ce qui a intéressé Denis n’était pas tant l’activité de cette dernière que le concept du fonctionnalisme en relations internationales, qui a permis sa création. Logé, lors de ses études, dans l’un des petits pavillons à l’entrée du parc Barton, Denis Mylonas garde des souvenirs inoubliables de ses camarades d’école, issus de tant de nations et aux horizons professionnels si étendus. Après avoir défendu sa thèse en 1971 devant les professeurs Jean Siotis, Jacques Freymond et Saul Friedländer, Denis repart dans le sud, où il travaillera quatre ans à la FAO à Rome. Mais il déchante assez rapidement : les organisations internationales qu’il côtoie sont, à ses yeux, des usines à papier et utilisent mal les budgets extraordinaires dont elles sont dotées. Il décide alors de changer de cap et d’orienter sa carrière de juriste vers le secteur privé. Il y restera près de trente ans, la majeure partie pour les multinationales Serono et RJR / JTI. Ses études en relations internationales lui seront alors bien précieuses, car ses multiples postes de membre de conseils d’administration dans des filiales à travers le monde le confrontent à des cultures et modes opératoires bien divers.

Cette empreinte de l’Institut incite Denis Mylonas à s’engager dans l’Association des anciens de l'Institut pendant de nombreuses années. Aujourd’hui à la retraite, il s’occupe de sa collection grandissante d’oeuvres d’art et de divers comités, dont celui de l’Association gréco-suisse, où il invite ses amis de l’Institut, tels les professeurs Georges Abi-Saab et le regretté Victor-Yves Ghebali, à donner des conférences. Il participe aussi fidèlement aux nombreuses manifestations publiques de l’Institut.
 

* La Fondation pour l’étude des relations internationales en Suisse (FERIS) a été créée dans les années 1950 par Jacques Freymond pour recueillir des capitaux et les gérer indépendamment de l’Institut, mais dans l’intérêt de celui-ci, assurant ainsi une protection et une gestion optimale des dons qui lui sont confiés.