Yves Oltramare Lectures

 

2017 Lecture Series

 

Violence et religion : perspectives comparatives


This series of lectures seeks to sort out the complex and fragmentary interactions between religion and political violence in today’s world. It assumes that the analysis must, at the same time, take note of the “intrinsic logic” of faith, which can inspire political actors, and avoid any “religious over-interpretation” of political practices, to quote Max Weber and Paul Veyne. With this in mind, it ensures the restoration of political conflicts and religious mobilisation in their historical context to avoid any simplistic interpretation between the dimension of transcendence and the one of temporal power. Violence, in its very religious aspect, proceeds often less from the dogma belonging to each monotheistic religion, or the identifications that they crystallise, than from their linkages in situations of religious pluralism, political-economic competition or accelerated social and demographic changes.

 

Next Lctures

 

Tuesday 26 September 2017 at 18h30
The Graduate Institute, Geneva (Maison de la paix, auditoire Ivan Pictet)

Philippe Buc, professeur d’histoire médiévale à l’Université de Vienne

Les formes chrétiennes de la violence en Occident


Comment la théologie chrétienne a-t-elle façonné des siècles de conflits, depuis la guerre judéo-romaine (66) jusqu’à l’invasion de l’Irak (2003), en passant par la première croisade (1096) ou la Révolution française? Même dans les sociétés sécularisées ou explicitement non chrétiennes, les formes qu´ont prises de nombreux séismes politiques sont en partie explicables par le christianisme et les concepts religieux. Ces derniers influencent souvent la façon dont la violence est perçue et perpétrée, et ce jusqu’à aujourd’hui.

_________________________


Monday 9 October 2017 at 18h30
The Graduate Institute, Geneva (Maison de la paix, auditoire Ivan Pictet)

Vincent Lemire, Université Paris-Est, directeur du projet européen Open-Jerusalem

Violence et religion en Terre sainte : pour une histoire partagée de Jérusalem et d'Hébron

Les sanctuaires de Jérusalem et d’Hébron sont généralement présentés comme les causes premières des violences qui endeuillent régulièrement la Terre sainte depuis le début du 20ème siècle. Pourtant, à y regarder de plus près, ces lieux saints ont été pendant longtemps des lieux de rencontres, d’échanges et de partages. Comment tracer la frontière entre pratiques religieuses et revendications politiques, entre porosité des traditions et étanchéité des discours ? En revenant sur quelques évènements précis (la révolution de 1908 ; les émeutes de 1929 ; la Guerre des Six jours ; la crise des portiques à l’été 2017…) et en étudiant concrètement quelques hauts lieux des patrimoines monothéistes (Mont du Temple / esplanade des mosquées ; Mont des Oliviers ; Mur des Lamentations / Al-Burak ; Caveau des Patriarches à Hébron…) on peut envisager une autre histoire de ces deux villes saintes, en s’appuyant notamment sur les nouvelles perspectives méthodologiques de l’histoire connectée.

_________________________


Lundi 27 novembre 2017 à 18h30
IHEID (Maison de la paix, auditoire Ivan Pictet)

Dionigi Albera, anthropologue, directeur de recherche au CNRS, Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative (IDEMEC), Aix-Marseille Université
Manoël Pénicaud, anthropologue, chargé de recherche au CNRS, Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative (IDEMEC), Aix-Marseille Université

Lieux saints partagés ? Coexistences, interférences, interstices

Les tragiques attentats et la crise des réfugiés exacerbent la peur de l’autre et plus exactement de la religion de l’autre. Il ressort en effet que c’est le religieux qui cristallise l’altérité, notamment dans le cas de l’islam. Dans ce contexte d’hostilité croissante de l’« autre religieux », nos travaux proposent de porter un regard différent sur les modalités d’interaction interreligieuse, en s’attachant à faire connaître un phénomène de longue durée en Méditerranée, à savoir la fréquentation des mêmes sanctuaires par des fidèles de religions différentes. Fondé sur une dizaine d’années de recherche sur des religiosités enchevêtrées et partagées, cette conférence propose un cheminement au niveau des pratiques visant à désamorcer certains préjugés en réaffirmant que l’hétérogénéité n’est pas fatalement source de conflit ni de division.
 

Previous Lectures (link)