12 octobre 2009

Inauguration de la Villa Moynier


De gauche à droite: M. Rémi Pagani, M. Jean-Dominique Vassalli, M. Pierre Helg, M. Philippe Burrin.

 

Alors que la dernière session du Conseil des droits de l’homme vient de s’achever, Genève inaugure la Villa Moynier, fraîchement rénovée, et l’installation dans ses murs de l’Académie de droit international humanitaire et de droits humains et du Master en règlement des différends, créés conjointement par l’Institut et l’Université de Genève en 2007. La Chaire suisse des droits humains administrée par l’Institut y a également sa place. La Villa, dont la rénovation a été financée pour moitié par le Département fédéral des affaires étrangères et pour autre moitié par la Ville de Genève, est mise à disposition par cette dernière.
 

M. Rémi Pagani, maire de la Ville de Genève, a ouvert la cérémonie qui s’est tenue le vendredi 9 octobre devant la Villa Moynier. M. Manuel Tornare, conseiller administratif de la Ville de Genève; M. Charles Beer, conseiller d’état; Monsieur l’’Ambassadeur Pierre Helg, sécrétaire d’Etat adjoint au Département fédéral des affaires étrangères et le professeur Jean-Dominique Vassalli, qui s’est aussi exprimé au nom du directeur de l’Institut, le professeur Philippe Burrin, ont successivement pris la parole.
 

Lors de son allocution, Pierre Helg a rappelé que les liens de la Villa Moynier avec la Genève internationale remontent au 19ème siècle déjà. Construite en 1845, la Villa devient à la fin du siècle la propriété de Gustave Moynier, co-fondateur et premier président du Comité international de la Croix-Rouge, avant de devenir la propriété de la Société des Nations en 1926, puis de la Ville de Genève en 1929. Elle fut le siège du CICR de 1933 à 1946. Berceau du droit international humanitaire jusqu’en 1946, la Villa retrouve aujourd’hui sa vocation première.
 

M. Helg a ensuite rappelé le souhait de la Confédération « de donner à Genève une composante académique nouvelle qui permette l’intensification des synergies existantes dans ce domaine, renforcement qui devrait culminer par la réalisation du Campus de la paix qui s’étendra de la Place des Nations jusqu’à la Perle du Lac et qui pourra accueillir environ 2500 personnes pour vivre, travailler, apprendre et échanger. »
 

Dirigée par Andrew Clapham, professeur de droit international à l’Institut, l’Académie de droit international humanitaire et de droits humains (ADH) a pour mandat l’enseignement, la recherche, la formation continue, l’organisation de colloques et la production d’expertises juridiques dans les domaines du droit international touchant aux situations de conflits armés.
 

Le Master en règlement des différends est un programme de formation post-grade d’une année qui se concentre sur l’étude du règlement international des différends. Il est dirigé par un conseil de direction composé pour moitié de professeurs de l’Institut et pour moitié de professeurs de l’Université de Genève. Le professeur Gabrielle Kaufmann-Kohler est directrice de programme et M. Thomas Schultz, directeur exécutif.

 

Andrew Clapham et Gabrielle Kaufmann-Kohler.
 

La présence de ces deux pôles d’excellence renforce la position de leader de l'Insitut dans le domaine du droit international et contribue au rayonnement de la Genève internationale.