Ruth Dreifuss

 

Ruth Dreifuss a été membre du gouvernement suisse de 1993 à 2002, période pendant laquelle elle a dirigé le Département fédéral de l'intérieur.  En 1999, elle est la première femme à assumer la présidence de la Confédération suisse.

Après des études d’économie à l’Université de Genève, Ruth Dreifuss a été successivement assistante d’enseignement, journaliste, adjointe scientifique dans le domaine de la coopération au développement et de l’aide humanitaire au Département fédéral des affaires étrangères, puis secrétaire de l'Union syndicale suisse (1981-1993). A ce titre, elle a été responsable des domaines de la sécurité sociale, du droit du travail, de l'égalité des droits entre les hommes et les femmes et de la représentation des travailleurs auprès de l’Organisation internationale du travail. Elle a été élue au Conseil fédéral en 1993 et réélue deux fois. En tant que responsable de l’enseignement supérieur, elle a notamment renforcé la coopération entre le gouvernement fédéral et les cantons et réformé la gouvernance des écoles polytechniques fédérales.

Après son départ du gouvernement, Ruth Dreifuss a contribué à la réforme de l’Université de Genève et au rapport « Santé publique, innovation et droits de la propriété intellectuelle »  de l’Organisation mondiale de la santé. Elle est aujourd’hui active dans plusieurs organisations non gouvernementales et internationales, notamment la Commission mondiale pour la politique des drogues et la Commission internationale contre la peine de mort. Elle a aussi été chancelière de l’Université pour la paix au Costa Rica, créée par une résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies.