Les conférences Yves Oltramare

 

Cycle de conférences 2017

 

Violence et religion : perspectives comparatives


Ce cycle de conférences s’efforce de démêler les interactions complexes et fragmentaires entre la religion et la violence politique dans le monde contemporain. Il tient pour acquis que l’analyse doit, à la fois, prendre acte des « logiques intrinsèques » de la foi, qui peuvent inspirer les acteurs politiques, et éviter toute « surinterprétation religieuse » des pratiques politiques, pour reprendre les termes respectifs de Max Weber et de Paul Veyne. Dans ce souci, il veille à restituer les conflits politiques et les mobilisations religieuses dans leur contexte historique, afin d’éviter toute interprétation simpliste, d’ordre essentialiste et culturaliste, de la violence, et à dégager l’économie politique de ces interactions entre la dimension de la transcendance et celle du pouvoir temporel. La violence, dans ce qu’elle a de réellement religieux, procède alors souvent moins du dogme propre à chacun des monothéismes en présence, ou des identifications qu’ils cristallisent, que de leur mise en relation, dans des situations de pluralisme religieux, de compétition politico-économique et de changement social et démographique accéléré.

 

Prochaines conférences

 

Mardi 26 septembre 2017 à 18h30
IHEID (Maison de la paix, auditoire Ivan Pictet)

Philippe Buc, professeur d’histoire médiévale à l’Université de Vienne

Les formes chrétiennes de la violence en Occident


Comment la théologie chrétienne a-t-elle façonné des siècles de conflits, depuis la guerre judéo-romaine (66) jusqu’à l’invasion de l’Irak (2003), en passant par la première croisade (1096) ou la Révolution française? Même dans les sociétés sécularisées ou explicitement non chrétiennes, les formes qu´ont prises de nombreux séismes politiques sont en partie explicables par le christianisme et les concepts religieux. Ces derniers influencent souvent la façon dont la violence est perçue et perpétrée, et ce jusqu’à aujourd’hui.

_________________________


Lundi 9 octobre 2017 à 18h30
IHEID (Maison de la paix, auditoire Ivan Pictet)

Vincent Lemire, Université Paris-Est, directeur du projet européen Open-Jerusalem

Violence et religion en Terre sainte : pour une histoire partagée de Jérusalem et d'Hébron
 

Les sanctuaires de Jérusalem et d’Hébron sont généralement présentés comme les causes premières des violences qui endeuillent régulièrement la Terre sainte depuis le début du 20ème siècle. Pourtant, à y regarder de plus près, ces lieux saints ont été pendant longtemps des lieux de rencontres, d’échanges et de partages. Comment tracer la frontière entre pratiques religieuses et revendications politiques, entre porosité des traditions et étanchéité des discours ? En revenant sur quelques évènements précis (la révolution de 1908 ; les émeutes de 1929 ; la Guerre des Six jours ; la crise des portiques à l’été 2017…) et en étudiant concrètement quelques hauts lieux des patrimoines monothéistes (Mont du Temple / esplanade des mosquées ; Mont des Oliviers ; Mur des Lamentations / Al-Burak ; Caveau des Patriarches à Hébron…) on peut envisager une autre histoire de ces deux villes saintes, en s’appuyant notamment sur les nouvelles perspectives méthodologiques de l’histoire connectée.

_________________________


Lundi 27 novembre 2017 à 18h30
IHEID (Maison de la paix, auditoire Ivan Pictet)

Dionigi Albera, anthropologue, directeur de recherche au CNRS, Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative (IDEMEC), Aix-Marseille Université
Manoël Pénicaud, anthropologue, chargé de recherche au CNRS, Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative (IDEMEC), Aix-Marseille Université

Lieux saints partagés ? Coexistences, interférences, interstices

Les tragiques attentats et la crise des réfugiés exacerbent la peur de l’autre et plus exactement de la religion de l’autre. Il ressort en effet que c’est le religieux qui cristallise l’altérité, notamment dans le cas de l’islam. Dans ce contexte d’hostilité croissante de l’« autre religieux », nos travaux proposent de porter un regard différent sur les modalités d’interaction interreligieuse, en s’attachant à faire connaître un phénomène de longue durée en Méditerranée, à savoir la fréquentation des mêmes sanctuaires par des fidèles de religions différentes. Fondé sur une dizaine d’années de recherche sur des religiosités enchevêtrées et partagées, cette conférence propose un cheminement au niveau des pratiques visant à désamorcer certains préjugés en réaffirmant que l’hétérogénéité n’est pas fatalement source de conflit ni de division.
 

Conférences précédentes (lien)